Friday, August 28, 2009

11,2%


Ce chiffre représente le déficit budgétaire des Etats-Unis pour l'exercice fiscal qui se terminera le 30 septembre 2009 exprimé en pourcentage du Produit Intérieur Brut (PIB), un niveau jamais atteint depuis 1945.
En montant absolu, ce déficit se chiffre à 1.580 milliards de dollars selon les dernière estimations de la Maison Blanche.
Plus inquiétant, les estimations de la situation budgétaire pour les 10 prochaines années ont été révisées négativement : du fait d'une situation économique qui devrait rester maussade et d'un taux de chômage qui se maintiendrait à un niveau élevé, ce sont plus de 9.000 milliards de dollars de dettes supplémentaires que les USA devraient supporter durant la décade à venir. Outre l'évolution de la situation économique, l'évolution de la démographie va aussi peser sur le budget américain au-delà de 2013, avec le vieillissement de la tranche d'âge des "baby boomers" qui va peser sur les dépenses de soins de santé et de sécurité sociale.
Dans ce contexte, la crainte des marchés financiers est d'assister à une hausse de la rémunération exigée par les créanciers des Etats-Unis pour détenir des dollars et financer ces montagnes de dettes. Une hausse des taux des T-bills américains ne ferait qu'alourdir la facture du coût de la dette et creuser encore plus rapidement le déficit budgétaire : un effet boule-de-neige que les marchés financiers ne vont certainement pas apprécier.
Mais la situation est-elle pour autant meilleure en Europe ? Les défis économiques et démographiques sont grosso-modo identiques des deux côtés de l'Atlantique. L'Europe a cependant le handicap de partir d'une situation budgétairement plus lourde du fait du coût d'un système de protection sociale plus développé sur le Vieux Continent.
Bonne rentrée à tous !